La bienveillance éducative, mon petit mode d’emploi contre les violences éducatives

Bonjour !

Il y a bien longtemps que je n’ai plus écrit, par manque de temps, d’envie, de sujet à partager et aussi parce que je me suis centrée sur beaucoup d’autres projets.

Je voulais aujourd’hui partager avec vous un sujet qui compte énormément pour moi : la bienveillance éducative.

La bienveillance éducative ? Qu’est-ce que c’est ? 

Pour moi, c’est avant tout un ensemble de petites choses, de petites attentions et de respect du petit être qu’est l’enfant.

Etre un enfant, c’est important. Grandir, apprendre, découvrir, partager et aimer, voici les petites choses qui animent leur quotidien. Les enfants se construisent chaque jour à travers leurs apprentissages et l’exemple que nous leur donnons.

Je me suis souvent demandé quelle mère je serai le jour venu. Je m’imaginais plutôt autoritaire, assez rigide et pourtant tellement aimante. Je me suis plantée, en beauté ! Je suis une maman aimante mais attentionnée, attentive et qui adore le partage.

Alors naturellement, je me suis tournée vers une éducation bienveillante et positive :

  • Je ne rabaisse pas mes enfants : je ne leur dis pas qu’ils sont maladroits, nuls, paresseux, voire désagréables. Je déteste ces mots et je n’aimerais pas du tout qu’on les emploie en parlant de moi ! Pourquoi le ferais-je en parlant de mon enfant ? Parce qu’il m’énerve ? Parce qu’il est borné, énervant, désagréable et maladroit ? Je remplace ces petites expressions assassines et qui rabaissent au possible l’enfant, ébranlant sa confiance en lui, ce qui le caractérise et l’aide à avancer par des petits conseils constructifs tels que : « Et si nous ramassions ce qui est tombé et que nous réfléchissions ensemble au meilleur moyen de ne plus le faire tomber ? » Ces phrases encouragent l’enfant à se dépasser. OH EVIDEMMENT des fois je suis à bout de nerfs et fatiguée et mon impatience me pousse à être un peu moins tendre… alors je présente mes excuses à mes enfants ! Personne n’est parfait et s’excuser est important. Si vous saviez comme je suis agacée d’entendre des personnes de mon entourage brusquer leurs enfants (ou parfois les miens) !
  • Je respecte leurs émotions. Etre fatigué, en colère, heureux, euphorique, déçu, triste ou même amoureux sont des émotions que nos petites têtes blondes ne maîtrisent pas du tout (nous non plus d’ailleurs mais on est nettement moins mignons quand on se roule par terre, avouons le). Les aider, les écouter et les accompagner sans les juger est important à mes yeux. Au contraire, j’aime que mes enfants expriment leurs émotions en les vivant intensément, en se respectant. Refouler un sentiment c’est accepter de l’oublier… et passer peut-être à côté d’une chose importante !
  • Je n’ignore pas les appels de mes enfants, même quand j’en ai ras le bol. Soyons honnêtes, les enfants ont toujours 10 000 raisons de prononcer ce mot que nous attendions tant : « maman », « papa »… et parfois ça peut nous fatiguer… parce que nous n’avons pas envie de répondre, sommes occupés, sommes fatigués… bref autant d’excuses que les adultes se donnent pour ignorer un enfant. Ces mêmes adultes qui trépigneraient et crieraient au manque de respect si un autre adulte leur tournait le dos lorsqu’il s’adresse à ce dernier. OUI OUI l’adulte… cette personne qui sait et impose.  Alors si mon enfant m’appelle, je choisis de répondre à sa demande !
  • J’évite le chantage : Le chantage, c’est brutal. « Si tu ne poses pas ta tétine, tu vas avoir les dents de travers et comme tu es un bébé, tu n’auras pas de dessert… » … ok… Donc comme tu es légèrement intolérant aux besoins de ton enfant, tu n’auras pas mon respect, ok ? Bon, je l’admets, j’exagère ! Mais le chantage, c’est moche… « si tu es sage, tu auras des bonbons », « si tu ne viens pas avec moi, je vais me fâcher tout rouge »… mouais… excusez-moi… cf. points précédents, je préfère les écouter et les respecter.
  • Je ne dis jamais à mes enfants que ce sont des bébés : oui oui les enfants sont fiers de grandir et être un bébé c’est un peu la honte dans la cour d’école… et ce qui traverse l’esprit de l’enfant, c’est « je suis un bébé, maman l’a dit, je ne suis pas si bien alors… elle a raison, mais les autres ne m’aimeront pas »… Oui les enfants souffrent des mots qui les rabaissent (cf. premier point sur le fait de rabaisser son enfant).
  • Je lui donne confiance en lui : OUI ! J’aime l’idée que mes enfants sachent qu’ils ne sont pas parfaits mais que je les aime tels qu’ils sont ! Mon grand a un caractère assez fort et le petit suit le même chemin… mais ils sont géniaux mes enfants ! Je les encourage à être eux-mêmes, à vivre sincèrement en acceptant !
  • Le moment présent : Le bonheur, c’est maintenant, pas demain et j’aime rendre mes enfants heureux car l’instant qui vient de passer ne sera plus jamais.
  • Education bienveillante mais limites quand même : Mes enfants ne font pas tout ce qu’ils veulent (même si mon entourage pense que si, mais pour le coup, je les laisse à leurs idées et ça m’indiffère). Ils doivent respecter les autres et être polis. C’est le minimum que je leur demande ! On ne manque pas de respect à autrui et pour que nos chérubins soient respectueux, l’être envers eux et envers les autres est PRIMORDIAL.
  • Je montre l’exemple : Comment dire à un enfant de ne pas taper quand on tape ? De ne pas crier en criant sur lui ? De ne pas être sans arrêt sur un écran quand on l’est nous-mêmes ? Voilà voilà… vous êtes l’idôle de votre enfant, son monde, son dieu, alors faites-en bon usage de tout cet amour !
  • Je leur dis BRAVO ! Je relève le positif et les aide à affronter le négatif pour en faire quelque chose de constructif. Pas toujours facile, je l’admets, en particulier quand ton aîné n’est pas passionné d’orthographe et que ça t’énerve !
  • J’explique mes limites en me respectant.
  • Je leur dis chaque jour à quel point je les aime et à quel point ils sont spéciaux pour moi.
  • Je n’oublie pas qu’ils sont des êtres à part entière et que je n’ai aucun droit sur eux, sur qui ils sont. Je suis là pour les accompagner et les aider à bien grandir, pas les façonner.
  • Ils sont parfois punis : Attention je compte jusqu’à trois… 1, 2 , 3 et j’applique ! (ahahah)
  • JE RESPIRE ! Sinon parfois, bah je crie aussi !

FB_IMG_1506933654233

Illustration : La talentueuse Jessica Hamelle  (Mes enfants sont drôles – Jessica Hamelle Illustrations) –  https://www.facebook.com/mesenfantssontdroles/?fref=ts

 

Attention, je ne suis pas parfaite et je ne moralise pas les autres parents. J’expose ici simplement ma vision de l’éducation. J’emmène mes enfants au fast-food, je les laisse regarder tous les dessins animés qu’ils veulent, ils mangent des bonbons et parfois aucun fruit / légume de la journée. Bon pas tous les jours ou du moins pas tout en même temps ! Mais chaque parent suit son rythme, son choix… je souligne simplement que les enfants sont des êtres et que nous devons les accepter et les respecter !

Si vous avez des remarques, des envies d’échanger sur le sujet, j’en serais ravie !!! N’hésitez pas !

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s